L’histoire de St Michel

Le visiteur qui pénètre dans la cour du collège ne s’aperçoit pas d’emblée qu’il est placé sous la protection tutélaire de l’Archange Saint Michel. C’est pourtant, ce céleste patronage qu’ont choisi les fondateurs de cette école en 1885 : les frères de St Jean-Baptiste de la Salle, frères à quatre bras comme on les surnommait alors.  Il faut donc lever les yeux pour découvrir derrière les frondaisons des érables, la statue de celui qui terrassa le démon.St Michel

1886 : Bénédiction de la croix et de la statue de St Michel, surplombant l’entrée.
1892 : Apogée des effectifs : 235 élèves répartis en 4 classes.
1906 : La loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat entraîne la suppression des congrégations religieuses enseignantes et donc le remplacement des frères par des laïcs.
1914-1918 : La « grande guerre » voit l’école se transformer en hôpital pour accueillir, soigner, remettre sur pied les blessés. Les enfants s’installent à l’asile (école maternelle) du champ de foire.
1940 : 2 classes sont mises à disposition des filles de l’école Ste Jeanne d’Arc. Leurs bâtiments étant réquisitionnés par les nazis pour loger leurs troupes.
1943 : A la suite des bombardements de septembre à Nantes, l’école St Donatien se réfugie dans l’actuel cinéma.
1944 : 2 Adjoints laïcs de l’école entrent en résistance. Auguste Guihéneuf (41 ans) est tué au Maquis de Saffré, Henri Jouneau (20 ans) est fusillé en St Herblain. (une plaque commémorative est visible à l’accueil).
1945 : En novembre, un cours agricole est ouvert à une trentaine de jeunes agriculteurs de 16 à 25 ans. Cette formation professionnelle et humaine apparaît comme un moyen d’éviter la déchristianisation dûe au changement dans les campagnes, en particulier dans l’Ouest. Mais peu de succès, en raison du faible nombre de participants. Au sortir de la guerre, il fallait bien du courage et de la témérité pour suivre des études, le soir après le travail.
1946 : Des cours de dessin sont donnés à 25 élèves, le jeudi.
1947 : Des cours artisanaux ont lieu, le jeudi après-midi, suivis par une cinquantaine de jeunes gens de 14 à 17 ans.
1950 : M. Roger Hervouet, ancien élève de l’Ecole Technique de la Joliverie, vient dispenser les cours artisanaux.
1951 : Création de l’association d’éducation populaire St Christophe.
1952 : Les cours sont étoffés et l’enseignement du soir fait place à des demi-journées. Le maire de Nort/Erdre, M. de Maquillé crée une association pour favoriser la formation des jeunes ruraux. Le centre d’études agricoles grandira dès lors très vite.
de 1946 à 1969 : Naissance et développement du centre d’études agricoles. Le Fr. Pierre Benizet fut un pionnier pédagogique et l’instigateur de la JAC, des croisades eucharistiques et des coeurs vaillants. Le Fr. Paul Mellerin assura le rayonnement du CEA (Centre d’Etudes Agricoles) développant les voyages d’étude jusqu’en Allemagne et au concours général à Paris.
1957 : La formation de masse ne prend pas les frères au dépourvu. ILs y répondent par la création du collège et l’extension des locaux. Construction d’un préfabriqué de 5 classes (1er CEG de garçons de Loire-Atlantique). Création du cours complémentaire (Fr. André Bricaud).
1958 : Bénédiction des classes préfabriquées par Mgr. Villepelet.
Pour la première fois, les enfants terminent l’année par un voyage : « Deux cars emmènent 110 enfants, vers Donges, St Nazaire, La Baule, Mesquer, Guérande, Pontchâteau, Blain ».
1961 : Le système s’améliore : les jeunes viennent une semaine sur trois de novembre à mars. Le jeudi, ils reçoivent une formation générale et sociologique indispensable.
On s’installe provisoirement dans une salle près du cinéma, pour l’accueil de 88 élèves répartis en 3 années.
Le besoin d’agriculteurs ayant un niveau d’instruction assez élevé se fait de plus en plus sentir : aussi 4 élèves ayant atteint 14 ans, se sont-ils inscrits à l’école d’agriculture de la Marchanderie (Ancenis), pour préparer le BEA (Brevet d’Etudes Agricoles).
1962 : Cette année marque l’essor véritable : 110 élèves répartis en 4 années. Il faut faire face et construire 2 classes préfabriquées sur le terrain de l’ancien golf miniature.
1964 : Le Frère Damase, diplômé pour enseigner l’agriculture, arrive pour enseigner et assurer la direction. C’est donc officiellement, cette année-là que le centre d’études agricoles sera subventionné par la Chambre d’Agriculture et reconnu par le Ministère de l’Agriculture.
Le rayonnement du centre s’étend bien au-delà du canton, il comporte 5 années. La 3è année : on passe le Brevet d’apprentissage agricole, la 4è année : le Brevet professionnel et la 5è : le Brevet secondaire.
On devine aisèment le sérieux des leçons, des devoirs et l’ampleur des programmes assurés par Daniel Guillon, Jean-Pierre Bourcier et Jean Cheray.
1969 : Décès subit en juin, du Frère Alphonse Leclair, directeur du collège, la congrégation décide alors de quitter la direction de St Michel. Monsieur Lepage, au nom des parents d’élèves, exprime à la fois sa tristesse du départ des frères et la reconnaissance des familles. Avec ce départ coïncide, la fermeture du C.E.A.
Septembre 1969 : M. Remoué est nommé directeur,
L’école St Michel, c’est une école primaire de 6 classes et un CEG de 5 classes. Au total, près de 400 élèves et 15 enseignants (6 pour le primaire et 9 pour le CEG).
La prolongation de la scolarité jusqu’à 16 ans, crée pour les élèves désireux d’entrer en apprentissage, les classes pratiques, qui remplacent la classe de certificat d’études.
1973 : Construction de 4 classes préfabriquées. De nouveaux sigles s’imposent : les classes pratiques deviennent CPPN (Classe Pré-Professionnelle de Niveau) et CPA (Classe Préparatoire à l’Apprentissage).
Depuis 1969, ce sont presque un millier de jeunes qui sont sortis de ces classes, pour entrer dans la vie active par la voie de l’apprentissage.

Septembre 1977 : après une longue période de maturation, le CEG devient enfin mixte, avec un doublement de l’effectif : 600 élèves.
1979 : Création d’une modeste bibliothèque scolaire (500 volumes) qui fonctionne avec l’aide d’une équipe d’élèves de troisièmes, qui assurent l’accueil et la tenue des fichiers.
1980-1981 : Construction de 8 classes (9 classes : 6è et 5è sont installées dans les locaux de l’école primaire Ste Jeanne d’Arc).
Aménagement d’un self service (actuelle salle d’étude).

1984 : En mars, démolition d’un préfabriqué de 5 classes (celui construit en 1957) et début des travaux d’extension.
1984-1985 : Période de travaux qui fut incontestablement difficile pour tout le monde :
5 classes en moins, une cour réduite de moitié, une salle de self percée de trous, encombrée de fils électriques, de madriers, avec un plafond à peine étanche… 2 classes de troisième installées dans le parc de l’école Ste Jeanne d’Arc et même pendant une semaine, une classe de 3è a dû s’installer à la crypte, dans les sous-sols de l’église de Nort/Erdre.
Cette période a été vécue et acceptée, bon gré, mal gré, grâce à la compréhension des professeurs et des élèves qui ont su ou qui ont dû s’adapter à toutes ces situations.KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
1985 : Fête du centenaire en juin et inauguration des nouveaux locaux (13 classes dont 4 ateliers) avec la présence des 3 plus anciens élèves : M. De Sallier Dupin H. (94 ans), M. Briot Louis et M. Denort Pierre.
1986 : Le 7 juin, inauguration du plateau sportif de 500 m2 : (1 terrain de hand, 2 de basket, 3 de volley, 3 de tennis, 1 piste d’athlétisme de 250m, ainsi que des sautoirs pour la hauteur, la longueur, la perche et le lancer de poids.
1987 : Le collège est en rénovation pédagogique, permettant ainsi une prise en charge réelle des élèves en difficultés (soutien en Maths, Français, Anglais) et une ouverture ou un développement d’activités diverses éducatives (club théâtre, informatique, bibliothèque, chorale).
1988 : Ouverture d’une 4ème technologique (option industrielle).
Introduction de l’anglais obligatoire en CPPN et enseignement de la Technologie (Electronique, Informatique, Mécanique et autres…) dans toutes les classes (à la place de l’EMT).
ouverture d’un CDI (Centre de Documentation et d’Information sur l’orientation).
1989 : Ouverture d’une 3ème technologique (option industrielle).
1990 : Lors du voyage en Italie, organisé tous les 2 ans pour les élèves latinistes, l’Abbé Ferron (professeur de Mathématiques et Sc. physiques) au collège, a eu le privilège de concélébrer la messe avec le pape Jean-Paul II.
1991 : En novembre, débroussaillage de 3500 m2 qui représent dix parcelles différentes, terrains situés à l’Est, entre le collège et la rue du Maquis, pour permettre l’édification d’un ensemble restaurent-cuisine. En effet, la formule self ne résoud plus le problème posé par l’exïguïté des locaux, plus de 600 repas sont servis chaque jour aux élèves.
1992 : Les CPPN et les CPA disparaissent au profit de la 4è AES (Aide Et Soutien) pour les élèves en difficultés avec un effectif allégés (de 15 à 20).
Début d’un chantier important qui aboutira à la réalisation de 9 classes, un préau et surtout un ensemble restauration de 300 places, indispensable pour assurer plus de 700 repas/jour.
1993 : Le 16 août, sépulture de Sr Jeannine Olivier : arrivée à Nort/Erdre en 1976, elle dirige l’école Ste Jeanne d’Arc pendant un an, puis lors de la séparation école et collège, elle devient professeur de Français-Musique en 3è et responsable du niveau 6è. Animatrice de la catéchèse sur l’ensemble de l’établissement de sept 1977 à juin 1987, date à laquelle elle nous quitte pour prendre la direction de St Gildas des Bois.
Son passage a marqué une génération de jeunes et les familles du collège, ainsi que celles de la commune.
En septembre, ouverture d’une classe de 3è insertion pour les élèves qui auraient le projet d’atteindre le niveau V (CAP) par la voie de l’apprentissage.
Arrivée d’un professeur-documentaliste à plein temps, qui gère l’espace et le fonds documentaire, et qui assure l’accueil et la formation des élèves.
1995 : Le 25 mars, inauguration de 4 classes, de l’ensemble restauration (cuisine, salle de restauration pour les élèves : 300 places, salle de restauration pour les professeurs : 30 places) et une salle de conférences (150 personnes).

1997 : Mise en place d’une structure pour prendre en charge les difficultés rencontrées par certains élèves à leur entrée en 6è.
Le 7 novembre, M. Avril Louis professeur de techno, décède. 

1999-2000 : Fin des travaux de rénovation et d’agrandissement du collège, la jonction entre l’ancien bâtiment et les nouvelles constructions du restaurant scolaire est maintenant achevée. Les élèves de 4è et 3è quittent les préfabriqués pour des locaux modernes.
En mars 2000, le CDI prend ses quartiers dans les nouveaux locaux, la salle multimédia est opérationnelle, 15 ordinateurs accompagnent les élèves pour des approndissements en langue ou en technologie et possibilité de se connecter au réseau internet pour des applications spécifiques ou des recherches particulières.
2002 : Le conseil général de Loire-Atlantique équipe l’ensemble du département, 16 ordinateurs pour la salle multimédia et 8 postes répartis dans les différentes disciplines, 4 sont installés au CDI, ainsi qu’un scanner et une tour CD-rom.
Inauguration et bénédiction des nouveaux bâtiments, le 28 juin avec également le départ à la retraite de M. Remoué, remplacé par M. Dousset.
2004 : En juin, M. Beilvert part en retraite, après avoir consacré 33 ans, aux élèves du collège.
2005 : Le 21 mai, Mlle Le Hingrat professeur d’anglais, nous quitte. Elle était arrivée en sept 1980. Passionnée par l’Angleterre, elle organisait chaque année, le voyage des 5è.
2007 : En juin, départ à la retraite de M. Juvin, M. Caremelle et de M. Dousset (directeur) remplacé par M. Vinet.
2008 : Fin juin, c’est le tour de Mme Zyani et de M. Bourdeau de partir en retraite. Mme Zyani, plus connue sous son nom de jeune fille Mlle Harrouet, est le dernier professeur qui a enseigné à Ste Jeanne d’Arc (école & collège de filles) avant la mixité (en 1977).
2009 : Fin juin, départ en retraite de Mme De Albuquerque professeur d’Espagnol depuis de nombreuses années au collège !
2010
 : Début septembre, travaux d’extension et de modification du collège.
Fin juin, départ en retraite de M. Brégeon professeur d’Histoire-Géo et Français ainsi que de Mme Bedouet (accueil et restaurant scolaire)
2011 : Cette année, Madame Delsol & Madame Duthu sont parties en retraite !
2012 : Déjà 5 ans, M. Vinet directeur part en retraite et est remplacé par M. Mercier !
2014 : Fin juillet sépulture de M. Guy Juvin en l’église de Petit-Mars !

2015 : Cette année, c’est 2 professeurs de Math, Mesdames Guernic & Besnier qui sont parties en retraite !
2016 : Après 4 ans, M. Mercier part et est remplacé par M. Texier.
Le 21 juillet sépulture en l’église de Nort/Erdre, de M. Cassard Didier ancien cuisinier.